Médicaments à base de plantes | zeller
Pygeum africanum
Pygeum africanum Pygeum africanum

Pygeum africanum

Le prunier d’Afrique (Pygeum africanum) est utilisé comme médicament à base de plantes. Découvrez-en plus sur ses effets thérapeutiques en cas d’hypertrophie bénigne de la prostate.

Pygeum africanum

Le prunier d’Afrique (Pygeum africanum) est utilisé comme médicament à base de plantes. Découvrez-en plus sur ses effets thérapeutiques en cas d’hypertrophie bénigne de la prostate.

Avec l’âge, il n’est pas rare d’observer chez l’homme une augmentation du volume de la prostate. Cette hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) ne présente certes aucun danger, mais s’accompagne de désagréments notables. L’écorce du Pygeum africanum (ou Prunus africana) offre un remède exclusivement végétal contribuant à réduire ces symptômes. Utilisée seule ou associée à un extrait de racine d’ortie, elle réduit la fréquence des mictions et permet d’apaiser les nuits des personnes atteintes. Découvrez-en plus sur le traitement des symptômes liés aux troubles de la prostate avec le prunier d’Afrique.

Le nom de l’arbre Pygeum africanum (prunier d’Afrique) témoigne à lui seuil de son origine: il nous vient tout droit d’Afrique, et plus précisément d’Afrique du sud et centrale. Les chercheurs Gustav Mann, Richard Francis Burton et Alfred Saker ont fourni en 1861 la première description botanique de l’arbre au cours d’un voyage d’exploration dans la Ligne du Cameroun, une chaîne de montagnes d’Afrique centrale. Ils lui octroyèrent également le nom de Pygeum. Depuis 1965, on utilise également le nom de Prunus africana pour désigner cette plante.

Le prunier d’Afrique est très largement répandu en Afrique. On le trouve dans les régions montagneuses quasiment à travers toute l’Afrique centrale, dans le sud de l’Afrique et dans un grand nombre d’îles africaines, comme Madagascar.

Les spécimens les plus âgés du Pygeum africanum peuvent atteindre 40 mètres de hauteur, présentent un diamètre de tronc important et une cime abondante. L’écorce est noire et brune, craquelée, et affiche un motif quadrangulaire caractéristique. L’arbre porte des feuilles simples et elliptiques. D’octobre à mai, il produit de discrètes fleurs blanches aux nuances de vert. Ces fleurs donnent naissance à des fruits à deux lobes d’environ un centimètre de diamètre. Dian Fossey dévoile dans ses travaux de recherche que les fruits du pygeum sont particulièrement appréciés des gorilles des montagnes.

Une particularité de la plante réside dans ses nectaires extra-floraux. Ces glandes excrétant du nectar sont situées en dehors des fleurs et produisent une sève sucrée. Elles permettent d’alimenter les insectes qui protègent l’arbre de ses prédateurs.

Pour les préparations médicales, on utilise l’écorce du prunier d’Afrique. L’écorce contient du β-sitostérol et d’autres phytostérols qui contribuent à soulager les symptômes d’une hypertrophie bénigne de la prostate.

Dans la mesure où les médicaments chimiques utilisés dans le traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate s’accompagnent souvent d’effets secondaires, les remèdes à base de plante représentent de bonnes alternatives. En cas de troubles légers et d’hypertrophie de la prostate débutante, on utilisera des extraits de racines d’ortie et de palmier nain, mais aussi des extraits d’écorce de pygeum. L’hypertrophie de la prostate affecte près d’un tiers des hommes de plus de 80 ans. Lorsque le volume de la prostate augmente, elle exerce une pression sur l’urètre, provoquant alors des difficultés à uriner, un jet urinaire affaibli, un écoulement goutte à goutte ou une sensation de vidange incomplète de la vessie. L’envie d’uriner la nuit peut considérablement perturber le sommeil.

Les symptômes, les examens corporels et, éventuellement, le dosage du PSA permettent au médecin d’établir un diagnostic de HBP. Le PSA est l’antigène spécifique à la prostate. Le taux de PSA de l’homme augmente souvent avec l’âge. L’augmentation du taux de PSA peut être associée à un cancer de la prostate, mais peut également indiquer une hypertrophie bénigne de la prostate.

Dans les pays africains, cet arbre est traditionnellement utilisé dans différents champs d’application. Son écorce est utilisée pour lutter contre la malaria, pour traiter les plaies et est également parfois employée contre les maux d’estomac et pour stimuler l’appétit. Ces effets ne sont toutefois pas médicalement attestés. En Europe, l’utilisation des extraits standardisés d’écorce de Pygeum africanum est autorisée dans le traitement symptomatique de l’hypertrophie bénigne de la prostate.

Les extraits d’écorce de Pygeum-africanum sont utilisés dans le traitement des HBP légères. Depuis très longtemps déjà, on recourt traditionnellement aux extraits d’écorce pour traiter les troubles de l’homme liés à la prostate. Des études démontrent aujourd’hui leur efficacité dans le traitement des symptômes de la HBP. Cependant, le pygeum n’a aucun effet direct sur la prostate ou son volume. En revanche, les phytostérols qu’il contient favorisent l’évacuation des urines. La vessie peut alors être vidangée plus facilement, contribuant ainsi à prévenir la rétention urinaire (présence d’urine résiduelle dans la vessie). Le jet urinaire devient plus puissant, les envies d’uriner sont moins fréquentes. Dans de nombreux cas, les envies d’uriner se font également plus rares pendant la nuit.

La préparation Prostatonin® contient un mélange de racines d’ortie et d’écorce de prunier d’Afrique. L’action thérapeutique de ces deux plantes médicinales se complète idéalement et permet d’apaiser les troubles de la prostate en douceur.

Veuillez noter que les médicaments à base de plantes peuvent également provoquer des effets indésirables. Par conséquent, lisez attentivement la notice et consultez votre médecin ou votre pharmacien pour toute information complémentaire.

Phytothérapie moderne

La phytothérapie moderne combine les connaissances séculaires aux découvertes scientifiques les plus récentes.

Détails