Médicaments à base de plantes | zeller
Ortie
Ortie Ortie

Ortie

L’ortie est souvent sous-estimée. Elle constitue le met favori des chenilles de papillons, est utilisée comme légume sauvage et peut aider les hommes atteints de troubles de la prostate à évacuer leurs urines.

Ortie

L’ortie est souvent sous-estimée. Elle constitue le met favori des chenilles de papillons, est utilisée comme légume sauvage et peut aider les hommes atteints de troubles de la prostate à évacuer leurs urines.

Pour la plupart d’entre nous, l’ortie fait figure de mauvaise herbe particulièrement mal-aimée. Tout le monde ou presque a déjà fait la désagréable expérience de l’effet urticant provoqué par ses poils. Mais la grande ortie (Urtica dioica) est bien plus qu’une mauvaise herbe. Elle représente un aliment de choix pour les chenilles issues d’espèces de papillons rares, elle entre dans la composition de certaines recettes de cuisine et peut être utilisée en tant que plante médicinale. Découvrez-en plus ici sur l’ortie et ses bienfaits en cas de troubles de la vessie et de la prostate.

La grande ortie (Urtica dioica) appartient à la famille des urticacées (Urticaceae). Elle est présente dans la quasi-totalité de l’hémisphère nord: en Europe, en Asie, au Canada, aux États-Unis et dans certaines régions de l’Amérique centrale. Seules l’Arctique et les régions tropicales en sont dépourvues.

Elle se développe partout où le sol contient suffisamment d’azote. C’est pourquoi sa présence est généralement le signe de sols riches en éléments nutritifs. On la trouve à l’orée des bois, au bord des routes, mais elle est aussi très présente dans les jardins. Dans les jardins ornementaux ou les jardins potagers, elle est souvent peu appréciée en raison de son pouvoir urticant et de sa capacité à se multiplier rapidement en produisant des stolons. Cependant, certains propriétaires de jardin conservent volontairement quelques pieds d’ortie pour qu’ils puissent servir de nourriture aux insectes ou pour utiliser leurs feuilles à la façon des épinards ou en salade.

Nul n’ignore à quoi ressemble l’ortie. Il s’agit d’une plante herbacée vivace. La grande ortie (Urtica dioica) peut atteindre plus de trois mètres de haut lorsqu’elle bénéficie d’un sol riche en éléments nutritifs et d’un bon emplacement. Généralement, leur hauteur est toutefois comprise entre 50 et 150 centimètres.

Ses feuilles sont parfaitement reconnaissables à leurs bords en dents de scie et peuvent mesurer jusqu’à 20 centimètres de long. Ses tiges et ses feuilles présentent une particularité: elles abritent les poils urticants contenant de l’acide silicique et qui donnent à la plante sa si mauvaise réputation. Sa période de floraison s’étend de fin juin à octobre. La grande ortie est dioïque. Cela signifie qu’il existe des plantes femelles et des plantes mâles. Les inflorescences en panicules des deux sexes sont discrètes et d’apparence très proche. Les inflorescences mâles sont de couleur plutôt jaune et sont orientées perpendiculairement à la plante, tandis que les plantes femelles présentent des panicules blanches et sont pendantes.

Ses poils urticants permettent à l’ortie de se protéger des prédateurs. Ces poils spécialisés d’une grande fragilité et de forme tubulaire présentent un point de rupture. Au moindre contact avec les poils urticants, ceux-ci se brisent en formant une cassure très pointue qui, au microscope, ressemble à la pointe d’une canule médicale. Celle-ci transperce la peau et injecte son liquide urticant dans la plaie ainsi formée. Ce liquide contient notamment des acides et de l’histamine qui provoquent des sensations de brûlure et de démangeaison, et entraînent la formation de papules sur la peau humaine.

Ce qui n’empêche pas les animaux et les hommes de tirer profit des bénéfices offerts par l’ortie. Différentes espèces de chenilles s’en nourrissent. Les papillons comme la petite tortue et le paon du jour dépendent même entièrement de la grande ortie pour assurer leur subsistance alimentaire. Mais l’ortie représente également un complément particulièrement sain de l’alimentation humaine. Lorsqu’on sèche les feuilles d’ortie ou qu’on les cuit à l’étuvée, ou lorsqu’on écrase les feuilles fraîches à l’aide d’un rouleau à pâtisserie, elles perdent leur pouvoir urticant. La plante peut être préparée à la façon des épinards, utilisée en salade ou cuisinée sous forme de soupe aux orties. Les graines d’ortie sont même considérées comme un super-aliment grâce à leur teneur en vitamines.

Dans les jardins, notamment les jardins naturels, les orties sont réputées être un bon fortifiant et un engrais pour les plantes. Les orties cueillies sont trempées dans l’eau pendant quelques jours et transformées en purin avec lequel on arrosera les légumes et autres plantes utiles. L’acide silicique offre une protection contre les infestations parasitaires et renforce les plantes. Dans de nombreux endroits, les orties sont également cultivées en grandes quantités: leurs graines permettent de produire de l’huile. L’industrie cosmétique adjoint cette huile à la composition de certains de ses shampoings et lotions capillaires pour stimuler la circulation sanguine au niveau du cuir chevelu.

Pour les préparations médicinales, on utilise à la fois les racines et les parties aériennes. La tisane d’orties, les extraits et les médicaments sont composés de feuilles d’ortie (Urticae folium), d’herbe d’ortie (Urticae herba) ou de racines d’ortie (Urticae radix). Les feuilles contiennent des flavonoïdes comma le rutine, différents acides organiques, des phytohormones, des vitamines (par exemple, de la vitamine C), du potassium, du fer et des huiles essentielles. Les flavonoïdes ont un léger effet diurétique. C’est pourquoi la tisane d’ortie peut par exemple être utilisée en cas de cystite débutante.

Les racines d’ortie présentent également d’autres propriétés. Des études ont montré que les extraits de racines pouvaient faciliter l’évacuation des urines chez les hommes atteints d’une hypertrophie bénigne de la prostate. Cet effet est vraisemblablement dû à la teneur en phytohormones des racines d’ortie.

L’ortie est notamment utilisée en tant que plante médicinale dans deux domaines d’application importants: les feuilles d’ortie sont employées en cas de troubles de la vessie, tandis que les racines de la plante facilitent les mictions en cas d’hypertrophie bénigne de la prostate.

La plante est également utilisée en usage interne et externe en cas de maladies rhumatismales. Traditionnellement et dans les médecines alternatives, elle est utilisée pour d’autres applications sur et dans le corps. Leur action thérapeutique dans ces applications n’a toutefois pas été clairement démontrée par des études scientifiques.

En raison de leur urètre plus court permettant aux agents pathogènes d’atteindre plus facilement la vessie, les femmes sont plus souvent atteintes de cystites que les hommes. Depuis très longtemps, on utilise traditionnellement la tisane d’ortie composée de feuilles fraîches ou séchées à titre préventif dès les premiers signes de cycstite. Entre-temps, des études scientifiques ont démontré que les composants de la plante médicinale ont une action diurétique et probablement anti-inflammatoire. Les feuilles d’ortie, sous forme de tisane ou d’extrait, ont ainsi le pouvoir de prévenir ou d’atténuer une cystite en cas d’application suffisamment précoce.

Chez les hommes, la taille de la prostate augmente bien souvent avec l’âge. Lorsque la prostate s’agrandit, l’urètre risque de se rétrécir. Ce rétrécissement provoque des difficultés à uriner. Le jet urinaire devient plus faible ou s’écoule goutte à goutte. Parfois, les personnes atteintes ont également le sentiment que la vessie ne s’est pas complètement vidée après la miction. Ces troubles s’accompagnent souvent d’irritations de la vessie et d’envies d’uriner la nuit.

Dans de tels cas, les médicaments à base de plantes contenant des extraits de racines d’ortie contribuent à faciliter les mictions. Et ce, sans effets secondaires sur la vie sexuelle. La préparation Prostatonin®, qui associe racine de grande ortie (urtica dioica) et extrait de prunier d’Afrique (Pygeum africanum), a notamment démontré son efficacité dans cette application.

 

Veuillez noter que les médicaments à base de plantes peuvent également provoquer des effets indésirables. Par conséquent, lisez attentivement la notice et consultez votre médecin ou votre pharmacien pour toute information complémentaire.

Phytothérapie moderne

La phytothérapie moderne combine les connaissances séculaires aux découvertes scientifiques les plus récentes.

Détails